« Glazed Magazine : Tour de rue »


Interview d'Élisa Grospiron, styliste de Carrousel Clothing

Logo :: Carrousel Clothing

Élisa Grospiron, 28 ans et aucun lien avec le skieur à bosse, crée sa marque de vêtement en 2008. Après un Bac Arts Plastiques et un diplôme de l'École SupDeMod à Lyon (www.supdemod.eu) elle travaille un temps comme modéliste chez Salomon avant d'entrer dans le monde de la création. Récit d'un parcours pas toujours facile mais qui tente de réconcilier le sportswear et la mode féminine.

Carrousel Clothing

Une question qui me taraude ? Pourquoi « Carrousel Clothing » ?

L'aventure Carrousel a démarré en 2009. Au départ trouver un nom n'a pas été facile, avec mon graphiste nous échangions des mails remplis de mots piochés au hasard de leurs définitions, je pouvais passer des heures la tête dans le dictionnaire à espérer que le mot juste surgisse enfin. Un matin dans une des listes de J.R. (le graphiste, ndlr), je trouve « Carrousel ». C'est le déclic, tout y est : l'esprit du jeu, de l'enfance, d'espaces colorés, le rire, la nostalgie… Pour rester fidèle à la culture street j'opte pour « Clothing » qui ancre d'entrée la marque dans l'univers du vêtement.

À part le choix du nom, le lancement a été facile ?

Pas du tout ! La première collection sort donc au printemps 2009. À l'époque j'ai tout misé sur la création, mais j'ai fait l'impasse sur l'approche marketing et commerciale de mon métier. Je m'en mords les doigts. Même si les pièces sont plutôt bien reçues, je suis une nouvelle marque et les points de vente qui acceptent de me diffuser sont rares. Je multiplie les ventes privées, à mon atelier annécien mais aussi dans des boutiques comme « Les Poupées » à Lyon... Malgré tout je me suis retrouvée avec un stock important d'invendus.
Je comprends alors que je dois apprendre à me vendre, apprendre à gérer ma production, mes stocks, mes coûts de fabrication. Là-dessus j'insiste : lancer une marque n'est vraiment pas évident et il faut compter que 80% du temps vous êtes devant un plan comptable, pas devant la machine à coudre…
Les nouvelles tendances mode donnent un côté très décontracté à ce métier mais entre créer sa marque vestimentaire et en vivre réellement il y a un long chemin semé d'embûches à parcourir…

Caribou :: Carrousel Clothing

On voit beaucoup d'animaux apparaître presque à l'état d'icône sur certains modèles : épurés, en ombres chinoises….

Oui, l'animal ! Celui qui n'a pas encore de case, de style, je le vénère, lui il est street ! Plus sérieusement j'ai été fasciné par ces animaux empaillés qu'on peut voir au Musée d'Histoires Naturelles de New-York. Avant le lancement de la première collection j'ai été là-bas et depuis ils me hantent, que ce soit leurs histoires, les couleurs et textures si propres au monde animal … Ils ont réussi à occuper deux collections c'est bien que ça me chatouille les synapses hein ! Pour les thématiques dans lesquelles je m'engage, cela part à chaque fois d'un coup de cœur, de vie, une rencontre, que je vais exploiter jusqu'à épuisement… Et bien sûr la street-culture. Grâce à J.R. certaines pièces sont vraiment un « tribute » à cet art de vivre. Un des derniers t-shirts en date reprend le logo « LOVE » du fameux spot de skate de Philadelphie, avec une impression dans le style de Roy Lichtenstein : c'est le sport et l'art de la fameuse « culture urbaine » qui sont liés dans un même visuel…

Tee-shirt LOVE :: Carrousel Clothing

Je vais chercher la petite bête… À part tes visuels qu'est-ce qui fait que C.C. est une marque urbaine, fidèle à ses valeurs ?

Mon engagement pour les « ollie » en jupe ! Plus sérieusement, je baigne dans cette culture et au niveau vestimentaire on sait tous que la femme, aussi street soit-elle, aime la mode féminine… Passé le baggy de nos 15-20 ans on a envie de revendiquer nos formes mais pas de laisser tomber le confort, c'est en ça que je m'inscris dans le vêtement urbain.
Dans mes créations faire cohabiter une importance de structure (confort/chaleur/facilité d'entretien), un chic remarquable et un design sportswear… est une priorité ! Dans les montagnes où j'ai grandi on ressemble vite à rien quand on veut avoir chaud, alors je bosse là-dessus depuis le début. À 15 ans je m'habillais déjà avec des marques street et sportswear mais quand j'ai voulu trouver des modèles féminins dans ce qu'on me proposait j'ai été vite déçu. Bien sûr ce n'est pas une généralité, on a Sessün par exemple qui s'attache un peu à ces valeurs ou encore Nümphe une marque nordique qui connaît bien ce type de demande et qu'on trouve dans les skate-shops… Dans mes créations on a du coton majoritaire, je l'investis avec des matières plus chic et féminine comme du Lurex irisé, du satin, des détails de structure au niveau des manches, des plis de jupes ou encore des ajouts de petites épaulettes pour donner une allure beaucoup plus cintrée à un vêtement qui reste facile à porter, rien ne nous empêchera donc de claquer un petit ollie en jupe !

Combi short :: Carrousel Clothing

Où peut-on acheter du Carrousel Clothing ?

Pour le moment j'ai quelques points de vente réguliers ; ABS+ sur Annecy et Lyon, Six Feet Upper sur Annecy et Hell Yeah sur Lyon. Grâce à Internet je mets souvent en ligne, des dates de vente en atelier, qui marchent pas mal. Des ventes éphémères aussi, pendant quelques jours un magasin va me permettre de vendre quelques modèles, grâce à mon blog j'ai aussi des demandes directes et j'y répond toujours cordialement. Je fais le choix de mes points de vente aussi par rapport à leur esprit. Je cherche à rester accrochée intensément à la street-culture, de ne pas me perdre dans une course aux points de vente à tout prix et me retrouver dans une boutique qui ne ressemble pas à mon univers. L'idéal serait une boutique Carrousel…

Tu y a songé ?

Plus que ça ! Actuellement c'est un de mes projets phares. Je sais que ce sera long et qu'il me faudra sûrement quitté Annecy. Malheureusement, c'est dans ma ville natale que j'arrive le moins à accrocher la clientèle ; disons qu'à Lyon et Grenoble par exemple j'arrive beaucoup plus à vendre… Je ne sais pas pourquoi. Choix vestimentaire, état d'esprit pas encore prêt… ? Et puis un bail commercial c'est hors de prix ici, pour une jeune créatrice comme moi le pari serait trop risqué. Ce que je me souhaite c'est trouver un espace où le vêtement cohabite avec d'autres formes d'expression urbaine, un magasin multi-tâches en quelque sorte ….

C'est ce qu'on te souhaite aussi ! Tu prépares ta nouvelle collection Printemps-Eté, un peu plus pour les hommes ?

Ah les hommes ! Malheureusement je ne propose que des t-shirts pour le moment. Je fais mes patrons seules et deux collections ce serait ingérable, voire impossible. Donc quelques t-shirts pour ces messieurs. Pour le reste c'est la surprise !

Mickey :: Carrousel Clothing

Avec Elisa on a aussi parlé de la culture urbaine sur Annecy, normal elle a plein de choses à dire !

Annecy est rempli de gens à fond ancrés dans la culture urbaine ; il en est ressorti nombres de graphistes, artistes qui en vivent aujourd'hui... et ailleurs souvent. C'est malheureux pour le public qui ne trouve que rarement son compte sur l'agglomération. Sans parler des tags qui restent très peu de temps (à comparer avec les rocades de Grenoble et d'Annecy y'a pas photo ! ndlr), il n'y a pas de réel espace destiné à l'exposition et à la pratique des arts de rue. On a une bonne école d'art, avec des résidences très intéressantes, mais en matière de vitrine public rien. Quelques efforts pour les emplacements de skate et de vélo, les galeries diffusent des productions très bonnes, mais qui restent classiques. Dernièrement 6FeetUpper est venu s'implanter et propose en plus des fringues, des expositions temporaires de jeunes artistes, de galeries (All-Over par ex.), et ça fait du bien. Reste quelques rendez-vous vernissage gratuit pour diffuser un peu. Mais on est d'accord sur une chose c'est difficile de rameuter le monde. Alors qu'on exerce plus facilement ailleurs. Il y a le Bowl des Marquisats avec un contest estival important qui marche pas mal… Bref, Annecy a le potentiel, la place, encore faut-il que les pouvoirs publics veuillent suivre. Je vous laisse juge, je n'en sais pas plus.

Rock :: Carrousel Clothing

Site internet de Carrousel Clothing
Page facebook de Carrousel Clothing

J.R. le graphiste de la marque Carrousel Clothing est à retrouver le 18 février en exposition au magasin Carhartt d'Annecy. Plus d'info sur Facebook et sur son blog

---

Pour la petite photo souvenir, on est allé du côté de la côte Perrière dans le vieil Annecy. Dans la ruelle, une artiste-photographe s'est essayée il y a peu de temps à un affichage « sauvage ». Une vraie composition photographique offerte gratuitement aux passants. Elle n'est restée que quelques jours, progressivement arrachée... Mais ne baissons pas les bras !

Elisa :: Carrousel Clothing

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top