« Glazed Magazine : Des grandes feuilles et beaucoup de substance... »


Le Parkour à Strasbourg selon l'ASP

À 20 kilomètres au sud de Strasbourg se trouve une petite ville du nom d'Erstein. Petit focus sur les traceurs de cette bourgade. Le parkour s'étend peu à peu au monde rural.

Parkour à Strasbourg

Petit entraînement entre amis

Sur les marches du Lycée Agricole Robin et Florian s'entrainent ensemble : Robin, 18 ans, pratique le parkour depuis plus de 2 ans et a fait son entrée à la faculté des sports de Strasbourg! Florian, son cadet de 3 ans qui est entré au lycée, pratique le parkour depuis moins d'un an. Tous les 2 ont découvert le parkour à travers les films des Yamakasis et de David Belle. Les deux traceurs, qui au fil du temps sont devenus des amis, s'écoutent et se motivent mutuellement. D'ailleurs, Florian avec un sourire fier me dit : "de voir Robin tracer m'a motivé et donné envie, j'ai toujours eu envie de le rencontrer", l'ainé est devenu le mentor et le modèle du plus jeune.

L'association strasbourgeoise de parkour et d'acrobaties, a dans son développement, acquis une renommée, elle est souvent contactée par des traceurs de villes voisines ; ainsi ils peuvent bénéficier des conseils des anciens et mettre en place de vrais échanges.

Robin et Florian profitent d'un temps de repos pour évoquer les lieux, les personnes qu'ils aimeraient rencontrer, mais aussi leur regard sur l'avenir de leur discipline!
Robin a acquis le respect des traceurs strasbourgeois, il est l'une des valeurs sûres de l'association et sera un élément essentiel au développement du parkour dans sa ville, simple traceur hier, il est le leader d'une jeunesse qui le reconnait et le respecte!

Le stapsien aime s'entrainer à Stuttgart et à Strasbourg. "Je rêve de fouler les pavés londoniens et de tracer avec Daniel Ilabaca", pratiquant très apprécié par la nouvelle génération de traceur.

Florian, a quant à lui une envie immense de sillonner la France, il ne cache pas son respect pour le Président de l'association de Dijon : "Je me reconnais dans la simplicité de Sid qui après 10 ans de pratique n'a pas hésité à me faire progresser et à prendre du temps pour m'entrainer! Mais aussi, des traceurs comme Quentin Salvador et Christophe Picot, quand je vois une vidéo d'eux, je prends conscience que pour être un grand traceur, il faut faire preuve d'une grande humilité et d'une grande rigueur en terme d'entrainement".

Au départ, Robin ne souhaitait pas s'entraîner avec Florian, mais au fil du temps, les deux représentent pour l'un et l'autre un équilibre, ils se font progresser mutuellement et partagent quelque chose de fort! Encore une fois le parkour n'a pas de barrière, et démontre qu'un adolescent peut être ami avec un traceur plus âgé et peut également le conseiller dans son évolution.
Tous les deux espèrent un jour vivre de leur passion, mais rêvent surtout d'une reconnaissance "Tu sais", s'exclame Florian, "pour ne pas gêner les habitants et pour retrouver un peu la méthode naturelle, nous avons avec les autres traceurs d'Erstein (Alex et Nico) construit un spot naturel pour parfaire notre technique".

Si pour Robin "l'entrainement et la motivation sont les clés de la réussite", pour le cadet, le plus important est "le retour aux sources", il ajoute : "Je ne comprends pas que les traceurs aient pu se détacher autant de la nature".

Dans le train me ramenant à Strasbourg, je me rends compte du chemin parcouru par l'ASP, de l'espoir qu'elle a fait naître et de l'attente des traceurs pour être reconnus sans murs infranchissables : les élus, les badauds et la méconnaissance des gens vis-à-vis du parkour est souvent contraignant et démotivant.

Au fil des rencontres, des jeunes comme Florian et Robin, nous confortent dans le développement des associations. Le parkour ne doit pas être déraciné de son utilité première et doit être transmis de traceur à traceur. Mais les anciens doivent comprendre que l'attrait de cette discipline s'accroit et qu'ils ont une responsabilité envers les plus jeunes. A l'heure où ASP s'apprête à défendre le parkour à l'Assemblée Nationale dans le cadre de l'opération "fais-nous rêver" de l'agence pour le sport, Florian et Robin continuent de s'entraîner, car plus que jamais, ils sont des valeurs sûres de cette association.

Le mercredi 27 octobre 2010 à 16:55 - 6919 vues - Publié par Glazed Magazine - Auteur : Association strasbourgeoise de Parkour - Mickaël Weiss

Catégories : Parkour

Mots clés :

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top