« Glazed Magazine : Des news rafraîchissantes... »


Les émeutes de Watts - Story - Los Angeles

On se met dans l'ambiance... On est en 1965, quelques mois après l'assassinat du leader noir Malcom X ( 21 Février 1965 ), et un mois après que Martin Luther King ait fait son célèbre discours “ I have a dream ” ( 4 Juillet 1965 ). À cette époque, les États-Unis connaissent une croissance économique sans précédent alors que dans le même temps, la communauté noire est plus que jamais victime de ségrégation, souffre de discrimination à l'embauche et par conséquent d'un taux de chômage très élevé. La campagne pacifiste du pasteur King n'a pas concrètement fait évolué les conditions de vie des habitants des quartiers pauvres de Chicago, Détroit ou Los Angeles. Le ghetto noir de Watts ( la population étant à ce moment là composée de plus de 80% d'afro-américains ) est situé dans le South Los Angeles, juste au nord de Compton ( à savoir qu'en 1965, le fameux Compton, rendu célèbre par le groupe de rap NWA, puis récemment par The Game et Kendrick Lamar, est un quartier majoritairement blanc et relativement convoité pour ses maisons avec jardins et ses grandes avenues bordées d'arbres, même si le crime y fait son apparition... ). Ses habitants y vivent dans des conditions insalubres, souvent sans électricité. La frustration et la haine s'accumulent depuis des années, à cause de la politique qui ne fait rien pour intégrer les minorités ethniques et des comportements racistes de la police.

Les émeutes de WattsLes émeutes de Watts

 

Et on rentre dans le vif du sujet... Le mercredi 11 Août 1965, Marquette Frye, habitant du quartier Watts, rentre avec son frère Ronald dans son van, après avoir siroter quelques verres. Il se fait interpeller par l'agent de police Lee Minikus, deux blocks avant sa maison, apparemment à cause de sa manière de conduire. Le voisinage et les passants regardent la scène et pendant le contrôle du conducteur, Ronald s'éclipse juste le temps d'aller prévenir sa mère, qui arrive alors sur les lieux. Les renforts ont débarqué eux aussi et les quelques spectateurs se sont transformés en une foule d'une centaine de personnes. La situation dégénère quand les policiers décide d'embarquer les trois membres de la famille Frye ( la mère, excédée, a déchiré la chemise de l'agent en luttant pour que son fils ne soit pas emmené et un policier a mis un coup de matraque à Marquette). Au final, au-delà du simple contrôle de police, la scène devient rapidement le symbole de la confrontation entre la cause noire et le White Establishment ( terme qu'on utilisait à propos de l'élite blanche au pouvoir ).

Les émeutes de Watts
Les émeutes de WattsLes émeutes de Watts

 

Au départ de la voiture de la California Highway Police emmenant Marquette, Ronald et la mère Frye, la police essuie des jets de bouteille, de pierres et très rapidement les voitures s'embrasent dans tout le quartier. Dans la nuit de mercredi 11 au jeudi 12 Août, 12 magasins et bâtiments officiels sont détruits ou brûlés, les blancs circulant dans le secteur sont violemment pris à parti. Les événements se répéteront durant les trois prochaines nuits, entre pillages, destructions, incendies et violences. Le samedi, un couvre-feu est déclaré à 20h, à ce moment précis environ 14 000 soldats de la garde nationale sont déployés sur une zone d'environ 75km²... Le mardi suivant, alors que la situation est quasiment revenue à la normale et que le couvre-feu a été levé, Martin Luther King arrive sur les lieux pour rencontrer les populations locales. Certains lui confient avoir voulu cette rébellion armée depuis des années, d'autres, pourtant  plus pacifistes, lui avouent que la seule façon pour eux de trouver quelqu'un pour les écouter, était finalement de démarrer une émeute. Avant de quitter Los Angeles, le pasteur King obtient alors du président Lyndon B. Johnson, après un long entretien téléphonique, le déploiement d'un programme fédéral de lutte contre la pauvreté dans toute la ville. Pour l'anecdote, le soir même, la police fait irruption dans une mosquée de la Nation of Islam et tire une centaines de douilles, blessant 19 hommes... comme pour narguer la population…

Les émeutes de WattsLes émeutes de WattsLes émeutes de Watts

 

Finalement, il est l'heure de faire le bilan, après cinq jours d'émeutes... 34 personnes ont trouvé la mort, plus de 1000 blessés déclarés dont 90 policiers et une centaine de pompiers, environ 4000 arrestations et entre 35 à 45 millions de dollars de dommages matériels. Quelques mois plus tard, Martin L. King écrit un article dans le journal Saturday Review, dans lequel il soulève le fait que la ville de Los Angeles aurait largement pu prévoir ces émeutes, étant donné du taux de chômage de la communauté noire et de la densité de population à Watts, celle-ci étant la pire des États-Unis à l'époque.

Malgré différentes enquêtes qui “ légitiment ” en quelques sortes ces émeutes urbaines, les dirigeants municipaux et représentants de l'état de Californie n'ont jamais mis en œuvre les moyens nécessaires pour améliorer les conditions sociales et économiques des habitants de Watts. En 1992, de nouvelles émeutes encore plus violentes ont éclaté à Los Angeles, suite au violent passage à tabac de Rodney King par plusieurs policiers. À l'heure actuelle, seule la population a changé dans le quartier de Watts puisque en 2014, 58% des habitants sont originaires d'Amérique latine, mais le secteur est toujours rongé par le crime et le chômage. Le système de notation du site américain Areavibes, qui classe les villes et quartiers en fonction de leur fréquentabilité, octroie un F pour le niveau d'éducation, un F pour le taux de criminalité et un D pour le chômage, la note A étant bien sûr la meilleure note.

Affidé Iswriting

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top