« Glazed Magazine : Des grandes feuilles et beaucoup de substance... »


Rencontre avec le photographe multicarte HIDe

Son trip ? « L'art visuel aux bases urbaines » et ce, sous toutes ses formes ! Tout un programme pour HIDe, graphiste en tout genre, qui se passionne pour la photo, la vidéo, le light graff/painting, l'illustration graphique, le bodypaint, la customisation d'objets et l'infographie 3D. Rien que ça ! Il œuvre entre autres avec AcupAinture pour que le bodypaint sorte du stéréotype de la femme nue au premier plan et qu'il soit mieux perçu, comme un art à part entière. Motivations et explications.

HIDe

Comment es-tu arrivé à faire de la photo ?

Par nécessité. Un ami avait besoin d'un graffeur pour essayer une technique de photo spéciale, c'est comme ça que j'ai appris le light graff. De là, j'ai voulu m'entraîner donc forcément, j'ai investi dans un appareil photo. C'était il y a quatre ans. Avant ça, je n'avais jamais pris un appareil dans mes mains.

As-tu suivi une formation ou tu es un autodidacte passionné ?

Surtout, je suis autodidacte, j'ai appris sur le tas. Pas parce que je trouve que l'éducation scolaire est inutile mais parce que j'apprends mille fois plus rapidement en faisant par moi-même, en pratiquant s'il le faut tous les jours pour atteindre mon but.

Qu'est-ce que tu aimes dans la photo en général ?

Je suis très mauvais juge pour les autres, surtout que je m'interdis un peu de regarder ailleurs pour ne pas être influencé, de quelques manières que ce soit. Mais en gros, j'aime plutôt ceux qui montrent le plus d'imagination, peu importe la qualité de la photo. Tout le monde n'a juste pas les mêmes moyens et c'est intéressant de voir comme certains se démènent.

HIDe

Comment as-tu rencontré AcupAinture ?

Sur une session BodyPaint/shooting que j'ai organisée qui regroupait différents artistes, chacun avec sa particularité artistique, autour de modèles qui passaient d'un artiste à l'autre pour se faire peindre dessus pour un mélange des styles. Notre "complicité artistique" s'est faite d'elle-même et a été révélatrice pour moi de vouloir continuer sur des projets avec lui. D'un collègue, il s'est vite classé parmi mes meilleurs amis depuis. (rires)

D'où est né cet échange ?

Naturellement. On s'est vite rendu compte que l'on était complémentaire sur les shoots. Suivant nos idées et nos inspirations dès le début, nous sommes devenus amis proches en s'entraînant ensemble pour se perfectionner. Tous les week-end, on s'organise des shootings et on continue à évoluer mutuellement avec une confiance totale l'un pour l'autre.

Qu'est-ce qui te plaît dans la photo de bodypaint ?

En général, je n'aime pas du tout, elles servent souvent à valoriser les nichons ou les culs des filles peintes. Les bodypainteurs ne sont pas photographes alors pitié "entraînez-vous avant de shooter vos modèles !". Je reproche en général un gros manque de recherche dans les styles et de professionnalisme lors des shoots, c'est d'ailleurs pour ces raisons que je me suis associé avec AcupAinture, car il représente un pas en avant dans le bodypaint.

Avec quoi tu shootes ?

Un Nikon D60. Je l'ai depuis le début, mais je ne suis pas très porté sur le matos photo, je ne prends que ce dont j'ai besoin, mais j'envisage de dériver vers un modèle qui passe en vidéo HD. Sinon, pour le shoot, des spots en lumière continue : un pour plus de clair-obscur, trois pour plus de luminosité... Et pour le light, tout ce qui peut produire de la lumière, tout et n'importe quoi, plus c'est fou, plus c'est intéressant !

Quels sont tes maîtres à penser ?

Je n'en ai pas vraiment, je n'ai pas une personne en particulier, à part le label "Ninja Tunes". C'est leur façon d'appréhender les choses que j'aime : une vision bien précise, longtemps vue comme étrange et aujourd'hui devenue une référence, et aussi le plus gros label indépendant d'électro.

D'où te vient ton inspiration lors d'un shoot ?

De la musique que j'écoute à ce moment-là, le son pour moi a une grande importance quand je crée. Donc du shoot aux retouches, tout se fait en musique, principalement du Hip-Hop, comme dernièrement pour les Kottonmouths, techN9ne, Chinese Man, la Coka Nostra, Klub des loosers, Dj Shadow... Ça dépend en fait, c'est le son qui déclenche un truc en moi.

HIDe

Qu'est-ce que tu aimes bien chez un modèle ?

J'aime que les modèles soit super expressives car de plus en plus, on voit des modèles avec un beau corps mais une tête d'enterrement sur toutes les photos, ou toujours la même expression d'une photo à une autre. Du coup, ça change vraiment et ça devient un vrai plaisir quand la ou le modèle s'éclate sur le shoot.

Comment le travail se met en place ? Prédéfini à l'avance ou libre expression ?

Avec Mike, on n'a pas besoin de préparation, on est comme une unité. (rires). On se "check" juste pour savoir comment sont la modèle et sa tenue ainsi que les couleurs et la position du bodypaint utilisé. Après sur place, en discutant, on improvise au mieux pour coller le plus à l'esprit de la ou du modèle.

Des projets ?

Oui des projets vidéos en cours, du lourd, du très très lourd dans le domaine de la représentation light en vidéo. Ainsi que des gros projets photos avec des grosses mises en scène. Mes connexions sont toutes avec le milieu artistique lillois, j'ai pour projet global de conquérir Paris, je m'expatrie depuis quelques mois ! Rapper, beatmaker, artistes, chanteur, musiciens ... la famille est grande.

Le mot de la fin, remerciements ?

MUTANT NINJA !!!

HIDe

Relecture : Christelle Arhancet

Réagissez !

CSS

Blanc
Noir

Sans cadre
Avec cadre

Full Exit
Who
Top